L es 3 enseignant.e.s réprimé.e.s du lycée de Melle apportent tout leur soutien aux lanceurs d’alerte de l’Hôpital du Rouvray.

Il faut dire !

Dire que l’Hôpital, l’Education, le Service Public, le Code du Travail

sont violentés, maltraités.

Dire qu’a l’instar de Cronos, l’Etat français dévore ses propres enfants.

Nous sommes solidaires de tous ces enfants battus de la République qui, chaque jour, cachent leurs plaies causées par la souffrance au travail et

la violence institutionnelle.

 

Aujourd’hui, l’Etat corrige, à la vue de toutes et de tous,

les insolent.e.s qui ont osé dire !

Nous ne pouvons plus taire cette violence

sans en devenir les complices ;

parce que nous avons vu, parce nous avons su, il nous faut dire !

Nous, enseignant.e.s de Melle, souffrons à la vue des coups qui vous sont portés, car nous partageons le même agresseur.

Soyez assurés que nos voix s’élèveront avec les vôtres pour le confondre : puisqu’il faut dire, alors nous le dirons ensemble.

Melle, Deux-Sèvres, lundi 25 mai 2020

SUD éducation 79 et Solidaires 79 s’associent à ce soutien et exigent l’abandon de toutes les procédures disciplinaires pour les 8 du Rouvray.

 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (rouvray soutien les 3 de melle.png)rouvray soutien les 3 de melle.png[ ]379 kB