Suite à la pseudo-enquête uniquement à charge du rectorat de Poitiers qui a pour but de réprimer le mouvement social contre le bac Blanquer, les 3 enseignant-e-s de Melle mis en cause publient sur le site du café pédagogique une lettre ouverte à la rectrice pour demander un traitement juste et objectif, et non une chasse aux sorcières.

Voici en lien :

complément d'informations

Nous remercions le site du café pédagogique qui a accepté de publier cette lettre ouverte.

Les 3 de Melle ont leurs 5 rapports, remis le jour de leur suspension en mars. Ils savent donc ce qui est incriminant dedans. Mais l'enquête administrative semble ne pas être corrélée à ces rapports. C'est ce flou organisé qui permet de ne pas avoir de débat contradictoire. Que deviennent les moyens de défense ?

La rectrice de Poitiers n'a pas été démise de ces fonctions. L'ancien recteur lui a été démis de ces fonctions en août 2019 par le conseil des ministres

sudouest.fr

 

Le DASEN par intérim de l'Inspection Académique des Deux-Sèvres a pris ses fonctions le 13 janvier 2020 et est toujours en poste. Il s'était déplacé au lycée le 28 janvier suite aux 5 droits de retrait, et avait rapidement répondu à l'IS 79 pour une audience le 10 février.

Le même 10 février, les 3 profs de Melle reçoivent une convocation pour un entretien pour de la part de la rectrice "afin d'évoquer votre situation professionnelle." entretien prévu le 11 février au lycée avec le proviseur, la DRH et 2 chefs de bureau du rectorat

Le proviseur qui a écrit un des 5 rapports a été en arrêt maladie fin mars, puis a repris des fonctions le 2 juin dans un collège du 79. En mai, une proviseure en intérim arrive sur poste sur le lycée de Melle. Répression brutale, organisée et inédite, c'est pourquoi ns apportons ces précisions.